Depuis cinq ans, nous vivons une cohabitation forcée. Nous aimerions qu’elle soit apaisée. Plus que le loup, ce sont les prédations occasionnées par le loup qui nous pourrissent la vie !

 

Très vite, notre association a intégré le statut de protection du loup (annexe II – espèces strictement protégées – de la Convention de Berne). C’est un fait. De notre point de vue, ce statut d'espèce strictement protégée du loup fragilise l’élevage et met celui-ci en danger.

 

Toute disparition de l’élevage se traduira par une régression écologique.

 

Ce triple constat nous oblige à trouver des solutions en faveur de l’élevage et des éleveurs.

 

Croire encore à l’élevage à l’herbe, en zone de plaine, dans un contexte de prédations tel est l’intitulé de notre projet pleinement inscrit dans l’esprit du Plan National d’Actions 2018 – 2023 sur le loup et les activités d’élevage.

 

Ce projet se décline en quatre objectifs :

 

  • Comprendre le comportement du loup face aux moyens de                         protection mis en œuvre par les éleveurs et mesurer                               l’efficacité de ces moyens de protection.

  • Rechercher et concevoir des moyens de protection innovants.

  • Soutenir les éleveurs confrontés à des prédations.

  • Communiquer sur le métier d’éleveur et les rôles de l’élevage.

Le territoire du projet s’appuie sur les cercles 1 et 2 de la zone de présence permanente Saint Amond. Géographiquement, c’est un quadrilatère limité à l’ouest par Gondrecourt le Château (Meuse), au nord par Toul (Meurthe et Moselle), à l’est par Mirecourt (Vosges) et au sud par Contrexeville (Vosges) soit une zone élargie de 1200 km² et un cœur de zone de 500 km² autour de l’autoroute A31 entre Colombey les Belles et Chatenois. Le paysage est caractéristique de la Lorraine avec des plaines agricoles ponctuées de collines boisées. L’agriculture est, selon le secteur, de type polyculture-élevage ou de type herbagère. Difficulté majeure de ce territoire : nous sommes à la frontière de trois départements donc face à trois administrations départementales !

Enfin, face à deux ministères Agriculture et Transition Ecologique, il nous semble impératif de travailler avec des associations environnementales constructives afin de porter un regard croisé.

logo-projet-soutenu-n-b.jpg
Comprendre

Comprendre le comportement du loup et mesurer l'efficacité des moyens de protection

Soutenir

Soutenir les éleveurs confrontés à des prédations

Rechercher

Rechercher et concevoir  des moyens de protection innovants

Communiquer

Communiquer sur le métier d'éleveur et le rôle de l'élevage dans un contexte de prédations

© Encore Eleveurs Demain 2019